Le 1er septembre 2017

Marie Rocheleau, de l’Î.-P.-É., a voulu faire découvrir les produits du terroir à son beau-frère et sa soeur de la Colombie-Britannique.  Ils profitent de la dégustation offerte par Gabriel Mercier.

L’hiver dernier, La Voie de l’emploi avait offert un reportage sur le projet de Gabriel et de Deirdre Mercier, de produire des fromages de lait de brebis, et ce, à temps pour la saison touristique 2017.

«Nous sommes un peu en retard sur le programme que nous avions fixé, mais nous sommes maintenant opérationnels.  Nous avons nos deux fromages fondateurs et notre yogourt, qui est lui aussi très unique.  La boutique a ouvert ici à la ferme à Rustico au début du mois d’août et nous sommes passablement occupés.  Ça va très bien», a insisté Gabriel Mercier, producteur de fromage de lait de brebis.

La Ferme Isle-Saint-Jean est située sur la route Line Road à Rustico Nord.  Les produits fondateurs de l’entreprise sont le Alexis Doiron, un fromage à griller non affiné et pasteurisé, qui est déjà sur le marché, le Patrick, un pâte ferme affiné à croûte lavé qui doit être âgé d’au moins 6 mois et qui sera prêt pour les fêtes, et le yogourt de lait de brebis.

Le fromage à griller non affiné est produit à Mont-Carmel dans la fromagerie de Mathieu Gallant.  «C’est le seul de mes fromages, avec le yogourt, que je peux fabriquer à l’Île, car il ne requiert pas d’affinage.  Pour les fromages affinés, je fais affaire avec la Bergerie aux quatre vents du Nouveau-Brunswick», insiste Gabriel Mercier.

Ce partenariat avec la fromagerie néo-brunswickoise a de nombreux avantages pour la Ferme Isle-Saint-Jean.  La Bergerie aux quatre vents fabrique maintenant deux de ses fromages, le Bleu d’Acadie et le sieur Duplessis avec le lait de l’Isle-Saint-Jean, et ces deux fromages sont sur le marché présentement, après leur période d’affinage de trois mois.   Le sieur Duplessis est un fromage fermier de type «tomme» et le Bleu d’Acadie est un bleu au goût très léger et à la texture crémeuse.

La saison touristique à l’Île-du-Prince-Édouard est très courte.  Les Mercier avaient espéré pouvoir vendre leurs fromages affinés dès juin ou juillet, mais la vie avait d’autres plans.  «Nous aurons beaucoup de fromage affiné à vendre à Noël et l’an prochain, et il sera sans doute encore meilleur.  En attendant, nos ventes vont tout de même très bien».

Depuis le début de la saison, le yogourt de la Ferme Isle-Saint-Jean, le seul des quatre produits fondateurs qui soit présenté avec le logo de la compagnie, fait des merveilles pour établir la marque de commerce.

«Notre yogourt est vendu et utilisé dans de nombreux restaurants, entre autres au Inn at Bay Fortune et au restaurant The Pearl, tout près d’ici.  Le Blue Mussel Café nous achète du Alexis Doiron chaque semaine et en plus nous avons de nombreux points de vente, avec les marchés des fermiers de Charlottetown, Summerside, le Riverview Market, le magasin dépanneur Brighton, et l’épicerie des Gallant, à Rustico.   Les gens qui cherchent notre produit le trouvent facilement.  Et en plus, notre boutique ici est ouverte les vendredis et les samedis.  Nous sommes équipés pour prendre les cartes de crédit et de débit, même si nous sommes en pleine campagne».

Gabriel Mercier est le petit-fils d’un maître fromager dont le prénom était Patrick.  C’est ainsi que «le Patrick» a été nommé.  La femme de Gabriel, Deirdre, est la descendante directe de l’ancêtre Alexis Doiron qui a donné son nom au fromage à griller.  Tous deux ont à cœur d’offrir un bon produit authentique et de bien servir les clients.  Ils sont très prompts à sortir un plateau qui permet de goûter aux fromages et de faire un choix, en faisant un brin de jasette.

En plus des fromages et du yogourt, la Ferme Isle-Saint-Jean a mis au point des partenariats avec divers artisans et commerçants pour pouvoir vendre de la laine du pays provenant de la laine des moutons, du savon, fabriqué avec le lait de la bergerie et de la saucisse de viande d’agneau, fabriquée sur mesure avec la viande produite à la ferme par Island Taylored Meats.

«Nous sommes très heureux de nos débuts en affaire.  L’an prochain sera une grande année, je pense», a indiqué Gabriel Mercier, alors que Deirdre s’occupait d’une cliente fidèle depuis le début de la saison.


Deirdre (Doiron) Mercier avec une cliente fidèle depuis plusieurs semaines.

- Par Jacinthe Laforest
Banner

L'Île-du-Prince-Édouard en images