Le 24 août 2017

Normand Richard s’entretient avec Sylvie et Joe Cammisano de Laval au Québec.

Selon le bulletin de la paroisse de Mont-Carmel, les travaux de remplacement du toit de l’édifice historique seront entrepris en septembre.  La décision n’a pas été prise à la légère, mais elle s’est imposée, étant donné l’importance de sauvegarder ce monument d’une grande beauté, une des seules églises à l’Île construite au bord de l’eau.

Le jeudi 17 août, Normand Richard, le fidèle guide interprète de cette église depuis plusieurs années, était à son poste.  Il était fier de dire qu’avec son livre «Courage à vendre», lancé en mai dernier, il avait pu contribuer d’une très belle somme à la campagne de financement pour les travaux d’entretien de l’église.

«Dès le début, c’était prévu que toutes les recettes seraient versées à la paroisse.  À la réunion du mois de juin, mon père Antoine et moi avons présenté 9 000 $ à la paroisse et nous avons un autre beau montant à présenter, car les gens sont très généreux.  Ils achètent le livre et ils font des dons, aussi», a souligné Normand Richard, encore étonné du succès de son livre.

Son livre est presque écoulé.  Il en reste encore quelques-uns et ce sont surtout les visiteurs qui s’emparent des derniers exemplaires en vente à l’église de Mont-Carmel.  Dès qu’elle a entendu l’histoire de Normand, Sylvie Cammisano, en visite à l’Île, a voulu acheter un exemplaire.  Son mari, Joe Cammisano, d’origine sicilienne, était particulièrement impressionné par les colonnes qui soutiennent le toit de l’église.  En ciment, elles ont été peintes par des Italiens il y a plus de 100 ans, selon une technique de faux fini marbré dont ils gardaient jalousement le secret.

Les travaux de réfection du toit devraient couter un peu plus de 100 000 $, et la campagne de financement a permis de recueillir environ 117 000 $ jusqu’à présent.

L’objectif de la campagne est toujours fixé à 200 000 $, car d’autres travaux, notamment sur la devanture de l’église, seront nécessaires.  Les paroissiens ont cependant décidé de s’attaquer tout de suite au toit, pour empêcher que des dommages additionnels soient causés au cours de l’hiver.  


Le thermomètre affiché à l’entrée de l’église de Mont-Carmel montre le montant amassé jusqu’à présent, soit environ 117 000 $.

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images