Le 25 juillet 2017
Des résultats de Statistiques Canada démontrent qu’un tiers de la population de Summerside est acadienne ou d’héritage français.  Les conseillers municipaux croient donc qu’il est important de collaborer avec La Belle-Alliance. Le conseil municipal a adopté la décision de former un accord avec le groupe francophone et acadien local.  C’est un accord de cinq ans prouvant la volonté que Summerside a de travailler avec ses communautés francophones et acadiennes pour améliorer la ville et la communauté, selon le conseiller Brent Gallant. 

«Nous voulions former un partenariat avec le centre depuis plusieurs années, explique monsieur Gallant.  Durant les derniers mois, l’occasion de le faire nous a été offerte».

Cet accord stipule que les deux groupes vont travailler ensemble du 1er avril 2017 au 31 mars 2022.

Le but est d’encourager les Acadiens et les francophones de la communauté à participer aux activités organisées par la ville et à se porter volontaires dans différents comités, conseils d’administration et autres groupes.  Le conseil souhaite également qu’ils participent à ses réunions et qu’ils l’informent des événements importants, des activités, des plans, des étapes importantes, des initiatives ou encore des politiques qui pourraient toucher la ville.

Le partenariat aidera également l’organisation des activités récréatives qui utilisent les installations de la ville.  Summerside sera donc l’hôte de plusieurs événements en français dans les années à venir, notamment lors de la célébration du 300e anniversaire de l’Isle-Saint-Jean.

Le directeur de La Belle-Alliance, Daniel Bourgeois, se dit satisfait de cet accord.  «Summerside a un rôle de plus en plus important dans la vie de près de la moitié des francophones de l’Île», explique-t-il.  Il croit donc qu’il est important que la présence de la langue française se fasse de plus en plus sentir dans la ville, ce à quoi cet accord contribuera.  «Il sert à encourager la ville à assumer un plus grand rôle dans la communauté francophone», affirme monsieur Bourgeois.

Brent Gallant précise qu’il n’y a pas de but concret déterminé pour l’instant, mais que ce partenariat offrira plusieurs opportunités dans le futur.

L'Île-du-Prince-Édouard en images