Le 4 mai 2017

Une quinzaine d’élèves de la 7e à la 9e année a participé au spectacle de la «Boucane dans la cabane» pour lancer la campagne ABCD au profit du nouveau terrain de jeu à l’école Évangéline.

Le dimanche 23 avril en soirée, le stationnement du Centre scolaire et communautaire Évangéline était rempli d’autos.  Dans la cafétéria, toutes les tables étaient occupées par des gens qui riaient, mangeaient et passaient du bon temps en famille.  

C’était le lancement de la campagne de collecte de fonds ABCD, au profit du terrain de jeu qui est situé sur le terrain de l’école Évangéline.  

ABCD signifie «Apprenons, Bougeons, Collaborons et Donnons», un nom très bien choisit, car il colle très bien au mandat de l’école Évangéline et à l’esprit de collaboration qui prévaut dans la région, a expliqué la directrice de l’école Évangéline, Paulette LeBlanc.

Pour acheter et installer le terrain de jeu convoité pour les élèves de l’école, il faudra amasser 100 000 $.  «L’équipement que nous voulons sera unique à l’Île.  Nous voulons quelque chose répondant aux besoins des élèves de la maternelle à la 9e année.  C’est un grand projet, et nous savons que ça nous prendra plusieurs années.  Je suis encouragée cependant par le nombre de personnes ici ce soir.  J’espérais 100 personnes et il en est venu beaucoup plus.  C’est un bon début», a renchéri la directrice.  

Le spectacle-bénéfice du 23 avril a été monté par les élèves du cours de musique de 7e, 8e et 9e année enseigné par Chuck Arsenault.  Ce dernier, qui est aussi comédien, ainsi que Wayne Robichaud, comédien, auteur de théâtre et metteur en scène, qui travaille à l’école, ainsi que les quelque 15 élèves de la troupe ont monté une série de sketchs drôles, dans un style semblable au concept de l’ancien spectacle «La boucane dans la cabane».  

En raison de l’importance de la somme à amasser, la campagne ABCD durera au moins quelques années.  «Puisque le terrain de jeu coûtera approximativement 100 000 $, nous demandons aux organismes de nous aider à payer ces coûts.  Les organismes ou les personnes qui font un don de moins de 200 $ seront reconnus comme amis.  Les organismes qui font un don de 200 $ ou plus mériteront le titre de commanditaire bronze, un don de 500 $ ou plus méritera le titre de commanditaire argent, un don de 2 000 $ ou plus méritera le titre de commanditaire or et un don de 5 000 $ ou plus méritera le titre de commanditaire platine.  Il n’y a pas de plus beau cadeau que nous puissions faire à nos enfants», a expliqué la directrice de l’école, dans une lettre où elle invitait les dons.  

«Nous allons afficher régulièrement les résultats sur notre site Web et sur la page Facebook de l’école, pour tenir les gens au courant et donner de la visibilité à nos donateurs», a indiqué la directrice.  

Les installations de jeu sur le terrain de l’école avaient été installées vers 2003-2004, grâce à des fonds collectés au cours d’une campagne semblable à celle qui vient d’être lancée.  Élise Arsenault était alors la présidente d’un comité formé de représentants d’organismes et de secteurs qui devaient réunir la somme de 50 000 $.  

«Il me semble que ça avait coûté plus cher que 50 000 $, mais par chance, on avait pu compter sur de nombreux bénévoles qui avaient aidé à l’installation et à la préparation du terrain.  Et puis, on avait aussi réussi à obtenir des fonds d’un programme qui était destiné aux municipalités, mais qui excluait les écoles, alors que notre terrain était accessible à tous les enfants de la communauté en tout temps», a raconté Élise Arsenault.  

Les installations qu’elle a aidé à acquérir sont inspectées chaque année et les modifications qui sont recommandées sont toujours exécutées à la lettre, pour assurer la sécurité des utilisateurs.  

Mentionnons que la présence d’un parc de jeu sur le terrain procure des avantages au comité actuel, car l’achat d’équipement, et son installation, sur un terrain «neuf» coûteraient encore plus cher.  


Dans cette scène, Thomas Arsenault est très malade et Maria Arsenault (à droite), sa soeur dans la vraie vie, tient absolument à ce que le docteur Janessa Veniot lui sauve la vie en dépit de
la mauvaise odeur de ses pieds.


- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images