Le 8 mars 2017

Le spectacle d’ouverture des Rendez-vous de la Francophonie à Rustico a montré trois dimensions importantes de la francophonie insulaire grâce aux clowns Patoche et Patouche et au maître de piste Carl Peterson.

Le spectacle d’ouverture des Rendez-vous de la Francophonie mis au point par le personnel du Conseil acadien de Rustico a époustouflé le public.  Les organisateurs n’avaient reculé devant aucun effort pour créer une ambiance pleine de couleurs, d’arabesques et de lumière.  

En plus des échassiers et des acrobates du Circus Stella du Nouveau-Brunswick, le spectacle de cirque a mis l’accent sur le talent local.  «Tous les artistes qui ont fait partie du cirque sont reliés d’une façon où d’une autre à la grande famille du Centre acadien Grand Rustico.  C’est extrêmement motivant de faire découvrir des talents de cette façon», a insisté l’agent de développement, Alexandre Bodet.  

Parmi les artistes, il y avait la danseuse Kaitlyn Gallant, qui a beaucoup impressionné les clowns avec ses pas de danse très rapides.  Les clowns, Patouche et Patoche, personnifiés par Kévin Lair et Anne-Sophie Farion, ont fait de l’excellent travail, et le maître de piste, Carl Peterson, prof de musique à l’école Saint-Augustin, a avoué à plusieurs reprises au public qu’il réalisait un rêve. 

Le jongleur Travis Saunders a ébloui le public avec son numéro de jonglerie avec des couteaux, réalisé avec l’assistance de la directrice de l’école Saint-Augustin, Vénessa Tessier.  Travis est natif du Nouveau-Brunswick et il vit depuis trois ans à l’Île.  Il est prof de kinésiologie à UPEI.  Son numéro avec les couteaux a été remarqué par les jeunes, notamment Elias Elkhoury et Keira Dionne-Arsenault, deux jeunes qui ont avoué avoir préféré ce numéro entre tous.  Mentionnons que les couteaux que Travis utilise sont des accessoires de cirque et ne sont pas des couteaux de cuisine.  

Le public était composé de gens de toutes les régions.  Voir un cirque en français à l’Île est une grande nouveauté.  «Vraiment, je ne savais pas à quoi m’attendre.  J’ai été agréablement surpris dedécouvrir tout ce talent local.  Il y avait même un lion», a insisté Sylvain Duguay.  

Le lion en question était un magnifique chien doré auquel on avait ajusté une «crinière».  «On la lui a fait porter de temps à autre durant la dernière semaine pour qu’il s’habitue», a indiqué Céline Larade qui, avec son conjoint Martin Allard, sont les propriétaires de ce «lion».  Il faut dire que les rugissements enregistrés faisaient beaucoup d’effet.  Les autres artistes au programme incluaient Jérémie Buote (voir article page 7) et les artistes du Circus Stella, qui ont beaucoup impressionné le public.  


Le jongleur Travis Saunders a ébloui le public avec son numéro de jonglerie avec des couteaux, réalisé avec l’assistance de la directrice de l’école Saint-Augustin, Vénessa Tessier.


Yves Landry du Circus Stella dans un numéro d’acrobatie aérienne.  


Céline Larade, dompteuse de lion.


- Par Jacinthe Laforest
Banner

L'Île-du-Prince-Édouard en images