FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 31 mai 2018

De gauche à droite : Patrick Dorsey, vice-président de l’APÉCA, Gail Lecky, directrice générale de CPF, le lauréat Aubrey Cormier, la lieutenante-gouverneure Antoinette Perry, Guy Labonté, président de la SSTA, et Donald DesRoches, président du Réseau pour le français à l’Île.


Aubrey Cormier de la région Évangéline a reçu le Prix de chef de file communautaire de la lieutenante-gouverneure de l’Île-du-Prince-Édouard le jeudi 24 mai lors d’une cérémonie à la Maison du gouvernement à Charlottetown.

Le prix lui a été décerné par le Réseau pour le français à l’Île pour sa contribution au développement de la communauté acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard.

Au nom de Sa Majesté, son honneur Antoinette Perry a félicité le lauréat et a exprimé sa reconnaissance envers lui pour son travail ardu envers la communauté acadienne et francophone de l’Île.

Pour sa part, Gail Lecky, directrice générale de Canadian Parents for French (CPF) n’avait que des éloges pour le lauréat.  «Aubrey a eu un impact sur mon organisation et sur moi personnellement.  Je suis tellement fière qu’on lui remette cet honneur.  Un chef de file qui est engagé, motivé, enthousiaste, passionné, abordable et compétent est le mieux que je peux dire pour le décrire», indique Gail Lecky.  «Il a une grande influence, toujours une excellente éthique de travail et de travailler avec lui sur divers comités, je me suis toujours senti écouter et considéré comme un partenaire important autour de la table». 

«J’ai toujours vu Aubrey fier Acadien et insulaire», souligne Patrick Dorsey, vice-président de l’APÉCA.  «Il a joué un grand rôle comme défenseur de la langue et de la culture ici à l’Île-du-Prince-Édouard et cela toujours d’une manière éthique et sûre». 

Guy Labonté, président de la Société Saint-Thomas-d’Aquin (SSTA) a aussi pris la parole lors de la remise du Prix.  Ce dernier a expliqué comment il a été motivé par Aubrey durant les quatre dernières années qu’il a agi comme président de l’organisme.  «Aubrey est un véritable chef de file.  Il est capable de voir les besoins à long terme et d’y trouver les ressources pour y arriver.  Aubrey est un homme créatif, un bon gestionnaire qui sait comment diriger et toutes ses qualités font qu’il soit méritant de ce Prix que lui offre le Réseau», conclut le président. 

Pour le récipiendaire, il s’est dit content et fier de cette reconnaissance.  «Il me fait chaud au cœur que l’on reconnaisse ma contribution au développement des dossiers culturels et de la promotion de la dualité linguistique ici à l’Île», indique Aubrey.  «Je me souviens qu’à mon arrivée à l’Î.-P.-É., il y avait qu’une école française, celle d’Évangéline.  Il n’y avait pas de centre scolaire-communautaire comme aujourd’hui.  On a fait un progrès énorme, au niveau de la communauté et je suis fier d’en avoir été témoin et aussi d’avoir été capable d’y contribuer».

Ce prix est décerné à un individu ou à une organisation au Canada qui fait une différence en faisant la promotion de la dualité linguistique au Canada ou à l’étranger ou en contribuant au développement des communautés de langue officielle en situation minoritaire.  Le prix a été remis à cinq reprises dans la communauté jusqu’à présent: M. Gilbert Ladéroute et la Société éducative pour leurs ateliers «French for parents», le Western School Board pour l’élaboration de normes rigoureuses pour les résultats en français langue seconde; Chuck et Albert qui ont créé des spectacles qui ont sensibilisé le public à la culture acadienne, le baccalauréat en éducation de l’Î.-P.-É. et l’Université de Moncton, spécialisation en immersion française et La Voix acadienne, le seul journal de langue française à l’Î.-P.-É. pour sa contribution à la langue et la culture de l’Île-du-Prince-Édouard.

Depuis cette année, c’est le Réseau pour le français à l’Île qui est responsable du prix et du choix du récipiendaire.  La mission de ce réseau est de faciliter la communication et la collaboration entre ses membres et autres intervenants intéressés par la promotion de la langue française à l’Î.-P.-É.  Parmi les membres, se trouvent des organismes francophones comme la Société Saint-Thomas-d’Aquin, des institutions postsecondaires comme UPEI et le Collège de l’Île, Canadian Parents for French PEI, le gouvernement de l’Î.-P.-É., La Voix acadienne et d’autres.  La vision de ce réseau est une communauté de langue française vibrante et inclusive à l’Île-du-Prince-Édouard. 

- Par Marcia Enman
Banner

L'Île-du-Prince-Édouard en images