FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 16 mai 2018
Les autorités de santé publique ont promptement réagi lorsque la présence de fentanyl a été confirmée à l’Île-du-Prince-Édouard.  La drogue hautement toxique était mélangée avec de la cocaïne qui a été saisie à la fin du mois d’avril par les forces policières.  «Nous avons réagi très rapidement parce que c’est important que les consommateurs de drogues sachent qu’ils s’exposent à un risque accru de surdoses et même de décès, lorsqu’ils achètent des drogues sur la rue, maintenant que le fentanyl est confirmé à l’Île», a indiqué Heather Morrisson, médecin hygiéniste en chef de l’Île-du-Prince-Édouard. 

Le fentanyl est une drogue très puissante.  Elle est de 50 à 100 fois plus toxique que la morphine.  De plus, elle est souvent mélangée à d’autres drogues de type opioïde, à l’insu des usagers, qui ne savent pas toujours exactement ce qu’ils achètent. 

«En 2017, nous avons eu 10 surdoses accidentelles et un décès lié à une surdose accidentelle», a confirmé la Dr Heather Morrison. 

Une surdose est décrite comme accidentelle lorsque l’usager, même s’il savait qu’il prenait une drogue, n’avait pas l’intention de mettre sa vie en danger.  Peut-être devrait-on plutôt parler de surdose non intentionnelle plutôt qu’accidentelle.   

En 2018, de janvier à mars, donc pour le premier trimestre, quatre surdoses non intentionnelles ont été confirmées et il n’y a pas de données concernant des décès. 

«Nous devons toujours faire très attention à ce que nous dévoilons car notre échantillon est tellement petit que quelques détails peuvent cibler des personnes en particulier.  Nous tentons de protéger la vie privée des gens autant que possible, peu importe qu’ils consomment de la drogue», a expliqué Heather Morrison, quant au peu d’in-formation statistique qu’elle était en mesure de fournir. 

Les autorités médicales de l’Île, ainsi que les forces policières et les services de désintoxication de la province travaillent tous ensemble pour réduire la présence et le commerce de drogues illicites à l’Î.-P.-É., et pour empêcher que des gens meurent de surdoses non intentionnelles. 

Un opioïde est un peptide qui exerce un effet comparable à celui de la morphine.  Les opioïdes peuvent être des drogues (héroïne) ou des médicaments ; ils dérivent de l’opium, une substance extraite de la capsule du pavot.  Il existe dans le cerveau des récepteurs aux opiacés : les récepteurs opioïdes.

En novembre 2017, la province a dévoilé son plan d’action pour prévenir et limiter les surdoses et les décès associés aux opioïdes. 

Le Plan d’action vise à prévenir et à limiter les surdoses et les décès accidentels associés aux opioïdes chez les jeunes et les adultes de l’Île-du-Prince-Édouard en ciblant les enjeux suivants :

• la surveillance des sur-doses et des décès associés aux opioïdes;

• l’adoption d’un protocole d’intervention rapide pourcontrer une augmentation soudaine des surdoses associées aux opioïdes à l’Î.-P.-É.;

• la réduction des méfaits (p. ex. accès à la naloxone, communication et éducation et thérapie de remplacement des opioïdes);

• la prescription et la délivrance appropriées d’ordon-nances d’opioïdes;

• le détournement des ordon-nances d’opioïdes.

Ces enjeux sont considérés comme des priorités immédiates pour prévenir et limiter les surdoses et les décès associés aux opioïdes.  Au Canada, de nombreux décès ont été attribués à la présence de fentanyl (et autres comme le carfentanil).  Une des seules façons de renverser les effets de ces drogues extra toxiques, et de la plupart des opioïdes en général, est l’administration de nalaxone.  La nalaxone est un antidote aux opioïdes qui est reconnu par l’Organisation mondiale de la santé et qui est autorisé par Santé Canada depuis au moins 40 ans. 

«Dans le cadre de nos efforts pour réduire les conséquences des surdoses, nous avons distribué au moins 350 kits de nalaxone gratuitement depuis l’été 2017.   Et récemment, nous avons aussi ajouté des points d’accès à la trousse.  Nous voulons qu’elle soit accessible, en cas d’urgence», a insisté la médecin hygiéniste en chef.  Une trousse de nalaxone contient une seringue, un atomiseur et des instructions.  Elle s’utilise d’une manière comparable à l’EPI Pen en cas d’allergie.  Elle est d’ailleurs surnommée l’EPI Pen des opioïdes. 

Éducation et intervention précoce auprès des jeunes

La consommation de substances commence souvent durant l’adolescence ou au début de l’âge adulte.  Il faut profiter des occasions de joindre les jeunes afin d’intervenir de façon précoce lorsqu’ils font l’expérience des drogues et avant qu’ils ne commencent à consommer des opioïdes.  Le plan d’action de la province recommande que les équipes de bien-être scolaires considèrent comme domaine d’intervention prioritaire l’élaboration d’une approche coordonnée fondée sur des données probantes pour intégrer l’éducation sur les opioïdes dans les programmes de lutte contre la toxicomanie et favoriser l’intervention précoce auprès des jeunes à risque, en partenariat avec les divers intervenants, notamment la communauté scolaire, les services policiers, les services à l’enfance et à la famille, les services de santé mentale et de toxicomanie et les partenaires communautaires.

Ces équipes de bien-être scolaire sont une nouveauté dans les écoles de l’Île.  En septembre 2018, trois des six écoles de la Commission scolaire de langue française auront une équipe, et en septembre 2019, les trois autres écoles en auront une aussi. 

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images