FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 11 avril 2018

Le nouveau chef du Nouveau Parti démocratique, Joe Byrne, compte sur le talent, le temps et la créativité des membres du parti, incluant ceux de Susan MacVittie et Margaret Andrade (à droite) qui étaient candidates à la chefferie.

La course au leadership du Nouveau Parti démocratique (NPD) provincial a pris fin le samedi 7 avril par l’élection de Joe Byrne à la tête du parti.  Deux cent quinze votes ont été enregistrés si bien que pour gagner, un candidat devait avoir au moins 108 votes.  Joe Byrne a gagné avec 123 votes devant les deux autres candidates, deux femmes, Margaret Andrade et Susan MacVittie. 

Dans la salle du centre communautaire, Murphy, à Charlottetown, où le congrès avait lieu, se trouvait un partisan de longue date du NPD, le père Eddie Cormier, qui était revenu la veille seulement de son séjour en République dominicaine. 

«Pour moi, le NPD, c’est le parti qui est le plus axé sur la justice sociale.  Les autres partis sont plus capitalistes.  Pour eux, c’est le pouvoir de l’argent», a insisté le prêtre à la retraite. 

Le nouveau chef du NPD a fait écho à ces propos, dans son discours d’acceptation.  «Quand on parle de comment les gens vivent, de leurs emplois, ce n’est pas de la politique, c’est de justice qu’on parle.  Je vous garantis qu’on peut construire de belles choses, mais maintenant, j’ai besoin de vos talents, j’ai besoin de votre temps, de votre créativité pour avancer.»  Sur ces mots, il a invité les deux autres candidates à le rejoindre du devant de la salle, sous les applaudissements de la salle. 

Durant sa campagne à la chefferie, Joe Byrne s’est engagé à établir le système de représentation proportionnelle.  Pour l’abbé Cormier, c’est une priorité.  «Je ne suis pas content de la façon dont la récente campagne sur une nouvelle carte électorale de 18 districts s’est déroulée.  Personne ne parlait des neuf députés qui représenteront tout le monde parce qu’ils seront élus de façon provinciale à partir d’une liste fournie par les partis.  On peut dire que chaque électeur aura non plus un seul représentant à Charlottetown, mais 10 représentants.  Pour moi, c’est une meilleure représentation», a indiqué le promoteur de la représentation proportionnelle. 

Pour lui, la population s’est déjà prononcée en faveur du système mixte de représentation proportionnelle lors du plébiscite de 2016.  «Le premier ministre insiste sur un référendum, mais selon moi, ce n’est pas nécessaire.  Le peuple a choisi», a-t-il renchéri. 

Pour sa part, Joe Byrne entend se préparer sans attendre aux élections qui devraient avoir lieu en 2019, selon la loi.  «Seul le premier ministre sait quand les élections seront déclenchées.  Mon travail à moi, c’est d’être prêt et d’avoir des candidats dans toutes les circonscriptions.  Je serais heureux de compter une bonne proportion de candidats francophones dans mon équipe», a-t-il dit en entrevue. 


Joe Byrne en compagnie de sa femme Rosa (à droite) et sa fille Claire (à gauche).

- Par Jacinthe Laforest
Banner

L'Île-du-Prince-Édouard en images