Le 1er novembre 2017

Guy Labonté, président de la Société Saint-Thomas-d’Aquin, a présenté le certificat honorifique de citoyenneté acadienne à Ron Wybou, pour son engagement de longue date à la communauté de langue française de Charlottetown.

Ron Wybou, de Charlottetown, a reçu le Certificat honorifique de citoyenneté acadienne de l’Île-du-Prince-Édouard.  Le certificat lui a été présenté le 28 octobre à Rustico, par la Société Saint-Thomas-d’Aquin, dans le cadre de sa 98e assemblée annuelle. 

Ron Wybou est bien connu de la communauté acadienne et francophone de la capitale.  Moins actif depuis quelques années, il a néanmoins apporté son grain de sel pour assurer le développement et l’épanouissement de la francophonie dans la capitale. 

Comme l’a souligné Donald Arsenault, en expliquant les raisons de la candidature de Ron Wybou, ce dernier a tout de suite voulu contribuer à la francophonie dès son arrivée à Charlottetown pour prendre son emploi à Anciens Combattants Canada. 

«En avril 1983, dès sa première semaine à l’Île-du-Prince-Édouard, cet employé francophile est devenu membre du Centre culturel Port-la-Joye afin d’assurer le maintien de ses acquis en français.  Au bout de trois mois, il est devenu membre du conseil d’administration», a insisté Donald Arsenault. 

Pendant de nombreuses années, Ron Wybou a participé à la planification d’activités en français, et il a été membre du comité qui a préparé le terrain pour l’ouverture du Carrefour de l’Isle-Saint-Jean, en 1991-1992.  Afin de faciliter le développement de la vitalité culturelle française au sein du nouveau centre, Ron Wybou a siégé au comité des loisirs du carrefour pendant un bon trois ans. 

En plus de sa participation à la gouvernance communautaire, Ron Wybou a aussi mis les mains à la pâte, en animant lui-même des ateliers et activités.  Il a enseigné deux classes de photographie par semaine, dans le laboratoire photographique du Carrefour; il a animé des cours de bricolage.  Il a fait du tutorat pour l’école François-Buote, il a aussi compilé une base de données des entrepreneurs de langue française afin de faciliter les liens du Carrefour avec les gens d’affaires. 

«Son amour pour la langue française a fait en sorte qu’il a été l’un des membres fondateurs du club Toast Masters de langue française “Franco-Énergie”.  L’engagement de Ron Wybou envers la langue française était tellement fort qu’il a convaincu le président de la Société Saint-Thomas-d’Aquin de l’époque, Antoine Richard, de faciliter la modification des règlements de l’organisme afin de permettre aux francophiles de devenir membres de la SSTA.  C’est ainsi que Ron Wybou est devenu le premier francophile à devenir membre de la Société Saint-Thomas-d’Aquin», a poursuivi Donald Arsenault. 

Prenant la parole après avoir reçu le certificat, Ron Wybou a remercié la communauté acadienne et francophone de lui avoir ouvert ses portes.  «Cette communauté, c’est vous tous, c’est aussi vos parents et dans certains cas, vos grands-parents», a-t-il souligné, illustrant ainsi que son engagement remonte à plusieurs années. 

Il a aussi remercié son épouse Elizabeth, qui l’a soutenu dans toutes ses œuvres bénévoles.  «Je la remercie pour sa confiance, en sachant que beaucoup de personnes que je côtoyais dans mon bénévolat étaient des femmes qu’elle n’a jamais rencontrées», a-t-il dit, ce qui a fait rire l’assistance. 

«La récompense de mon engagement, en plus de ce certificat, est de constater que votre communauté s’est enrichie avec votre énergie, votre culture et votre savoir-faire», a dit Ron Wybou. 

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images