Le 26 septembre 2017

Karine Gallant de l’Î.-P.-É., et Louise Imbeault du N.-B., respectivement élues secrétaire-trésorière et présidente, font partie du nouvel équipage de la Société nationale de l’Acadie qui souhaite adopter une vitesse de croisière stable après avoir rencontré quelques récifs.


Élue présidente de la Société nationale de l’Acadie, Louise Imbeault du Nouveau-Brunswick a dit souhaiter qu’après la «tempête parfaite» de la dernière année, le nouvel équipage soit en mesure de donner à l’organisme une vitesse de croisière stable. 

«La SNA peut et doit servir à raffermir les relations entre nous, à concerter nos efforts et à faire rayonner l’Acadie sur les scènes nationales et internationales», a insisté Louise Imbeault, préférée par les membres à l’autre candidat à la présidence, Paul D. Gallant. 

Les membres ont également procédé à l’élection d’un nouveau vice-président, Neil Boucher, de la Nouvelle-Écosse, d’une secrétaire-trésorière, Karine Gallant, de l’Île-du-Prince-Édouard et d’un nouveau conseiller jeunesse, Mathieu Manuel, de la Nouvelle-Écosse. 

Ce conseil d’administration de quatre personnes est très représentatif de la région des Maritimes.  De plus, pour la première fois depuis de nombreuses années, l’Île-du-Prince-Édouard sera représentée au conseil d’administration de quatre personnes. 

L’assemblée générale annuelle de la SNA a débuté vendredi à Charlottetown par une réception conjointe entre le Comité sénatorial sur les langues officielles, le CMA 2019 et la Société Nationale de l’Acadie. 

Dans la journée de samedi, les membres de la SNA ont participé à des tables rondes portant sur les relations que l’Acadie entretenait avec «l’autre».  La table ronde sur les relations avec les Premières nations a été saluée comme ayant ouvert les yeux de bien des gens.  Jacinthe Lemire, directrice générale de la Coopérative d’intégration francophone, un organisme qui a pour mandat de créer les liens et des occasions d’intégration, a reconnu sa méconnaissance des Premières nations.  «Je dois dire que vous m’avez jetée à terre», a-t-elle lancé, pour remercier les quatre panélistes de leurs points de vue, qui se rejoignaient sur l’essentiel: les relations avec les Premières nations doivent se construire avec le temps dans l’intérêt mutuel des deux communautés. 

La Société nationale de l’Acadie est un organisme fédératif qui regroupe quatre organismes porte-parole, dont la Société Saint-Thomas-d’Aquin, et quatre organismes jeunesse, dont JAFLIPE.  La place des jeunes est donc égale, en termes de nombre, à celui des adultes, au sein de l’organisme.  Pourtant, il semble que le «par et pour les jeunes» ne veuille pas dire la même chose pour tous. 

Dans son discours de candidat à la présidence, Paul D. Gallant a affirmé avoir rencontré beaucoup de jeunes qui ne se sentent pas écoutés.  La nouvelle présidente de la SNA, estime quant à elle que les jeunes sont précieux, car «ils sont les premiers à détecter les iniquités». 

«Si on marche ensemble, on va laisser derrière nous une Acadie meilleure que celle qu’on a reçue», a-t-elle indiqué. 

Pendant quelques mois, durant la dernière année, le personnel de la SNA a été réduit au minimum et le conseil d’administration a dû faire face à ce qui a été décrit comme «une tempête parfaite».  Cependant, la nouvelle directrice générale, Véronique Maillet, ancienne directrice de Jeunesse Acadienne, a réussi à s’entourer d’une équipe jeune et dynamique.  «L’élection du bureau de direction est le dernier morceau qui nous manquait pour passer à autre chose.  Nous avons hâte de nous y mettre», a dit la jeune femme.

Karine Gallant de l’Î.-P.-É., secrétaire-trésorière, Mathieu Manuel de la N.-É., conseiller jeunesse, Louise Imbeault du N.-B., présidente, et Neil Boucher de la N.-É., vice-président, composent le nouveau comité exécutif de la Société national de l’Acadie.  

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images