Le 6 septembre 2017

Devant la nouvelle station d’électricité de Maritime Electric à Borden-Carleton, de gauche à droite, Brian Francis, représentant de la Confédération Mi’kmaq de l’Î.-P.-É., Wade MacLauchlan, premier ministre, Paula Biggar, ministre des Transports, des Infrastructures et de l’Énergie,Rick Doucet, ministre de l’Énergie du Nouveau-Brunswick, Rebecca Knockwood, représentante des premières nations du Nouveau-Brunswick, et John Gaudet, directeur général de Maritime Electric.


Un nombre impressionnant d’invités et de personnes importantes de l’Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick a participé, le mardi 29 août, à une cérémonie protocolaire dans le but de marquer la mise sous tension des nouveaux câbles électriques sous-marins, un investissement de 142,5 millions de dollars à coûts partagés par les gouvernements du Canada et de l’Île-du-Prince-Édouard.

Le nouveau système de transport sous-marin augmente la capacité totale d’alimentation électrique de la province, la faisant passer à 560 mégawatts.  Il contribuera également aux efforts déployés pour réduire l’utilisation de combustibles fossiles puisqu’il permet de fournir une électricité plus propre qui aide à assurer un développement économique durable.

Le projet comprenait l’installation de deux câbles sous-marins de 180 mégawatts reliant l’Île du Prince Édouard à la terre ferme du Nouveau-Brunswick.  Les nouveaux câbles, qui ont remplacé des câbles âgés de plusieurs décennies et dont la capacité totale s’élevait à 200 mégawatts, ont officiellement été «branchés» lors de la cérémonie de mise sous tension.

Abrités du soleil et du vent sous une tente montée spécialement à cet effet, les invités et curieux ont vécu les quelques secondes de l’opération de mise sous tension via un système de vidéo-conférence en direct
de la station d’électricité de Borden-Carleton et dirigé par le directeur général de Maritime Electric, John Gaudet, et du premier ministre de la province propriétaire des câbles, Wade MacLauchlan.

Outre les représentants des gouvernements, de Maritime Electric et d’entreprises privées ayant participé au projet, la cérémonie a fait une très grande place aux Premières Nations, autant de l’Île-du-Prince-Édouard que du Nouveau-Brunswick.

Junior Peter Paul, que bien des gens ont pu rencontrer à Port-la-Joye durant l’été, a fait une cérémonie de purification dans la tradition Mi’kmaq au tout début de l’événement.  Le Chef Brian Francis représentait tous les autochtones de l’Île, peu importe où ils vivent.  De plus, deux représentants des Premières nations du Nouveau-Brunswick, chef Rebecca Knockwood et l’ancien Kenneth Francis, ont également pris la parole.  Une chorale de jeunes a chanté l’«Ô Canada» en Mi’kmaq.

«Les membres des Premières nations des deux côtés du détroit ont pris part aux consultations dans toutes les étapes du projet et nous voulions reconnaître cela», a insisté April Gallant, responsable des communications au ministère des Transports, des Infrastructures et de l’Énergie de l’Î.-P.-É.

Le système de transport sous-marin s’étend sur 17 kilomètres, de Cape Tormentine, au Nouveau-Brunswick, jusqu’à Borden-Carleton, à l’Île-du-Prince-Édouard, et fournit environ 75 % de toute l’énergie électrique qui alimente l’Île.

Le projet a été une grande priorité en matière d’infrastructure pour l’Île-du-Prince-Édouard et il représente le plus grand projet d’infrastructure réalisé par la province depuis la construction du pont de la Confédération.

Les câbles de transport d’électricité qui ont été «débranchés» auraient eu 40 ans en octobre.  Ils avaient été branchés sous le leadership du premier ministre d’alors, Alex D. Campbell, qui assistait à la cérémonie.  Les propos qu’il avait prononcés il y a 40 ans, et qui ont été cités par le premier ministre MacLauchlan prouvent que la recherche d’une source d’énergie propre et fiable pour l’Île n’est pas une préoccupation récente.

Le premier ministre MacLauchlan sera peut-être cité dans 40 ans, disant qu’«il est essentiel de fournir une énergie fiable, abordable et de plus en plus renouvelable pour aider notre province à rester concurrentielle au sein du pays et du monde entier.  Ce nouveau raccordement électrique permettra de diminuer les coûts en énergie pour les résidents et les entreprises, de créer des emplois et de faire croître notre économie, de manière à ce que nous puissions augmenter la prospérité pour toute la population de l’Île», a-t-il dit.

En 1977, la demande d’électricité aux heures de pointe était de 95 mégawatts.  Quarante ans plus tard, cette demande aux heures de pointe atteint 260 mégawatts et les prédictions disent qu’en 2022, dans seulement cinq ans, la demande aux heures de pointe pourrait atteindre 313 mégawatts.

Le PDG de Maritime Electric, Paul Gaudet, soutient que le projet de système de transport sous-marin d’électricité dans le détroit de Northumberland est le plus grand projet réalisé par son entreprise.  Nous sommes fiers de l’installation de calibre mondial aménagée par notre équipe de projet à Maritime Electric.  Les deux nouveaux câbles sous-marins amélioreront la fiabilité de l’approvisionnement en électricité pour la population de l’Île aujourd’hui et pendant de nombreuses années», a-t-il ajouté. 


Wade MacLauchlan, premier ministre de la province, a confiance que les nouveaux câbles vont permettre un approvisionnement propre et fiable en électricité aux citoyens de l’Î.-P.-É.


Alex D. Campbell était le premier ministre de la province il y a 40 ans lorsque les anciens câbles d’électricité avaient été branchés.  Catherine Callbeck, à la gauche, aussi ancienne première minitre de l’Île-du-Prince-Édouard.

- Par Jacinthe Laforest
Banner

L'Île-du-Prince-Édouard en images