Le 12 janvier 2017

Après un automne très difficile, le centre de la petite enfance Les P’tits rayons de soleil, à Rustico,retrouve le sourire!  Sur la photo, on voit l’une des nouvelles éducatrices, Marylou Sweet.

Depuis plusieurs mois, la communauté francophone a été secouée par une crise de ressources humaines, dans le secteur de la petite enfance.  Est-ce un signe que le pire a été traversé? En tout cas, le Conseil acadien de Rustico peut enfin respirer un peu, alors qu’une nouvelle directrice, Jennifer Gallant, vient tout juste d’être embauchée.  

«Je dois dire que l’automne 2016 a été très difficile.  Du 14 septembre au 17 octobre, on a perdu quatre employés: notre directrice, deux éducatrices certifiées, et notre cuisinier.  Il ne nous restait plus qu’une éducatrice certifiée pour prendre soin de nos trois poupons et de nos 12 enfants, en plus du service de garde après classe», a expliqué Andréa Deveau, directrice du Conseil acadien de Rustico, l’organisme qui chapeaute le centre de la petite enfance Les P’tits rayons de soleil.  

Par chance, durant cette période difficile, jamais il n’a été question de suspendre les activités du CPE.  «Pour nous au Conseil acadien de Rustico, la jeunesse et la petite enfance sont des priorités.  Et parce que c’est une priorité, nous avons réorienté nos maigres ressources humaines pour garantir que les ratios soient respectés.  Notre agent de développement, Alexandre Bodet, qui avait obtenu sa certification de base lorsqu’il travaillait à l’Île enchantée, à Charlottetown, a mis en veilleuse tous ses projets pour être disponible dès qu’un besoin se présentait», a raconté Andréa Deveau, qui est aussi reconnaissante envers tous les organismes et individus qui ont prêté main-forte.  

«Nous avons eu de l’aide de l’Association des CPE francophones, de la Société Saint-Thomas-d’Aquin, de la Fédération des parents, et de la communauté en général.  Durant toute cette période, les parents ont été extraordinaires.  Ils ont compris que nous faisions le maximum pour maintenir le service, et ils ont été très patients.  Leur grande crainte était de perdre leur service de garde.  Pour nous c’était hors de question».

Par chance, au fil des semaines, le Conseil acadien de Rustico a pu embaucher deux éducatrices et une cuisinière.  «Nos éducatrices se sont engagées à suivre la formation de base dès que ce serait possible, et nous sommes très heureux de pouvoir dire que ce sont des personnes de la communauté, ce qui compte beaucoup pour nous, car en procurant des emplois en français à nos jeunes Acadiennes, nous augmentons le potentiel francophone de notre communauté», a soutenu Andréa Deveau.  

Elle avoue que le recrutement n’a pas été facile.  «Nous avions reçu d’excellents curriculums pour notre poste de direction, mais lorsque les candidates ont commencé à poser des questions sur les salaires, on n’a pas pu les convaincre de déménager à l’Île.  C’est pourquoi notre meilleur espoir est toujours de recruter dans la communauté, pour trouver des personnes qui comprennent l’importance de ce que nous faisons, comme Jennifer Gallant, qui a travaillé chez nous dans le passé, qui a été membre du conseil des parents et qui a sa certification.  Elle a été une de nos suppléantes lorsque nous en avons eu besoin, et nous avons fini par la convaincre de poser sa candidature.  Et elle a commencé le 3 janvier», a raconté Andréa Deveau.  

Maintenant que les ressources humaines sont en place, le Conseil acadien de Rustico peut à nouveau se concentrer sur le retour à une programmation plus régulière.  «Nous sommes encore responsables du CPE.  Nous en avons la responsabilité administrative et financière, tandis que les employées voient à assurer l’enseignement et le développement harmonieux des enfants, ainsi que leur francisation, dans la plupart des cas.  Nous visons constamment à améliorer notre service de garde, car c’est notre porte d’entrée à l’école, et à l’épanouissement de notre communauté».  

Même si, pendant un certain temps, la programmation et le développement de nouveaux projets ont été mis en veilleuse à Rustico, le projet «Voir Grand» a été maintenu.  La fête d’Halloween a été le prétexte à une chasse au trésor qui a attiré de 80 à 90 personnes de tous les âges.  «Dans d’autres régions où “Voir Grand” fonctionne, les activités sont souvent axées sur l’enseignement.  Pour l’Halloween, nous voulions au contraire une véritable expérience de jeu en français.  Tous nos indices étaient en français, et nous avions assuré la présence d’au moins un parent francophone ou un élève de 6e année par équipe, pour que les indices soient compris.  Nous avions tout préparé, et la réponse a été extraordinaire», a raconté Alexandre Bodet, qui s’était chargé de ce projet.  

Ce printemps, le projet qui prendra son envol s’appelle Le jardin sensoriel.  C’est à suivre.  


Andréa Deveau, directrice du Conseil acadien de Rustico, et Jennifer Gallant, nouvelle directrice du centre de la petite enfance, Les P’tits rayons de soleil.  


L’éducatrice certifiée Melody Blacquière et un jeune client.  

- Par Jacinthe Laforest
Banner

L'Île-du-Prince-Édouard en images