Le 10 janvier 2017
La Société Saint-Thomas-d’Aquin, l’organisme porte-parole de la communauté d’expression française à l’Île, entreprend l’année 2017 avec l’espoir de faire avancer de nombreux dossiers prioritaires.  Pour le président de la SSTA, Guy Labonté, le grand dossier de l’année est la Loi sur les services en français.  «Même si nous n’avons pas fait de grandes déclarations, nous faisons du travail de démarchage.  Tout de suite après la démission de Jean-Paul Arsenault du poste d’agent aux plaintes, nous avons rencontré le député Sonny Gallant.  Nous avons une réunion de prévue avec le Comité consultatif de la communauté acadienne et francophone le 11 janvier et, le 12 janvier, nous allons rencontrer le premier ministre Wade MacLauchlan, pour tenter d’obtenir du gouvernement qu’il se mette à l’écoute de la communauté pour faire progresser les services en français.  Après cette réunion, nous verrons ce qu’il convient de faire», a assuré le président Labonté.  

Un autre grand dossier que poursuivent la SSTA et tous ses homologues au pays est la reconduction de la feuille de route du gouvernement fédéral sur le développement des communautés minoritaires.  

«La ronde des consultations en vue du renouvellement a pris fin en décembre dernier.  Nous avons passé une journée à Ottawa et la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a passé la plus grande partie de la journée avec nous.  La nouvelle feuille de route devrait entrer en vigueur en 2017 et d’ici là, nous avons bon espoir que les enveloppes budgétaires seront bonifiées, pour nous permettre de réaliser des projets de développement dans notre communauté», indique M. Labonté.

La grande priorité no 3 est le travail continu avec la Commission scolaire de langue française, à l’intérieur du plan conjoint, et aussi en appui des dossiers prioritaires de la Commission de l’angue française soit le financement pour l’agrandissement de l’École-sur-Mer et la modernisation et l’agrandissement du Centre scolaire-communautaire Évangéline.   

«Évidemment, le dossier dela petite enfance nous préoccupe, car c’est très important pour notre communauté.  Il y a une véritable pénurie de ressources humaines.  À court terme, la SSTA fournit même des ressources humaines d’appoint pour garantir le service.  À plus long terme, nous espérons, en travaillant avec tous les partenaires, pouvoir consolider nos centres de la petite enfance», indique Guy Labonté.  

Evidemment, l’année 2017 est l’année du 150e anniversaire du Canada, et sans pouvoir dévoiler tous les détails, le président Labonté a confirmé que la SSTA avait reçu du financement pour lancer un nouveau projet de développement à long terme, auquel les six régions désignées pourront prendre part.  

«Même si les comités régionaux fonctionnent de façon in-dépendante, nous maintenons un contact privilégié en rencontrant régulièrement les directions, au moyen du forum des développeurs, et dans d’autres comités comme l’organisation des Rendez-vous de la francophonie, qui arrivent dans quelques semaines», a rappelé M. Labonté.  

D’autres dossiers qui se trouvent dans la ligne de mire de la SSTA incluent les pourparlers avec Parcs Canada concernant le développement accru de Port-la-Joye et éventuellement, une valorisation de l’histoire de l’établissement commercial de Havres Saint-Pierre, fondé en 1720, tout cela en vue de célébrer de digne façon le 300e anniversaire de présence française à l’Île, en 2020.  

Au niveau de l’Atlantique, la SSTA veut appuyer la consolidation de la Société nationale de l’Acadie, qui traverse une période d’instabilité.  «C’est important d’avoir une voix unique qui parle au nom du peuple acadien dans son ensemble, et c’est dans cette optique que nous appuyons les démarches de recrutement et de planification stratégique de l’organisme», a rappelé M. Labonté.  

Guy Labonté a profité de cet entretien avec La Voix acadienne pour réitérer le fait que la SSTA n’était pas restée les bras croisés, à la suite de la démission de l’agent aux plaintes.  Il espère que la rencontre avec le premier ministre, le 12 janvier, aidera à débloquer le dossier.  

- Par Jacinthe Laforest
Banner

L'Île-du-Prince-Édouard en images